Changement de rythme

Les jours passent, puis les semaines, et finalement voici déjà un mois que nous sommes descendus de nos vélos pour la dernière fois.

Après 3700km de voyage intense à la force du mollet, nous avons dit au revoir à nos chères montures, et à notre matériel de camping. Place à une nouvelle aventure: direction l’Asie en train, avec pour idée de découvrir une toute autre région de notre monde, une autre culture, et d’aller le plus loin possible en train.

Les kilomètres se sont enchainés très vite, et nous avons rapidement dépassé la barre des 3700km grâce à ce moyen de locomotion ultrarapide qu’est le train. On va beaucoup plus vite qu’à vélo, donc on ira plus loin! Et nous voici déjà en Mongolie, à Ulan Bator, au moment d’écrire ces quelques lignes.

En un mois, nous avons: acheté des sacs à dos, trié notre matériel, empaqueté les affaires à renvoyer en Suisse, vendu les vélos des enfants, organisé le retour en Suisse des vélos des adultes, visité la très belle Riga (8ème capitale de notre périple), remplis nos sacs à dos des affaires qui nous semblaient les plus utiles pour les 4 derniers mois de notre voyage, pris notre premier train de nuit jusqu’à Moscou (9ème capitale), découvert pendant quelques jours l’immensité et la beauté de Moscou et ses stations de métro, assisté à un match de foot du Lokomotiv Moscou (défaite 1-2 😩) , grimpé 89 étages en ascenseur en moins d’une minute, parcouru 5200km au travers de la Russie en dormant 4 nuits de suite dans le même train (le légendaire transsibérien!), vécu 4 journées de 23 heures en changeant d’heure chaque jour, découvert qu’on n’était pas la seule famille assez folle pour faire le trajet Moscou-Irkustk d’une traite, appris à déchiffrer l’alphabet cyrillique, gagné quelques années de vie en se baignant dans le Lac Baïkal, vécu une semaine sur une île grande comme le Lac Léman au milieu du Lac Baïkal, admiré de nombreux couchers de soleil sur les eaux du Lac Baïkal, roulé sur des routes complètement démontées assis à l’arrière d’un UAZ 452, dû nous faire à l’idée que nous n’avions plus notre tente pour aller camper où bon nous semble, dormi une 6ème nuit dans un train pour traverser de la Russie à la Mongolie, eu la chance de se balader et déambuler librement dans les rues d’Ulan Bator (10ème capitale de notre aventure) lors de la journée annuelle sans voiture en ville (!!!), visité notre premier temple bouddhiste, fait la queue dès 4 heures du matin en bonne (et nombreuse) compagnie devant l’ambassade chinoise pour obtenir notre prochain visa, découvert qu’on était dans la même guesthouse qu’une famille américaine avec 3 garçons avec qui nous étions sur la même longueur d’ondes, dormi dans une yourte, escaladé une montagne avec nos nouveaux copains américains, fait des photos avec un aigle sur le bras, et on est même devenus millionnaires car ici 1000 Tugriks mongols valent 40 centimes de CHF et que tout se paie en cash (du coup on n’était très vite plus millionnaires, quand on a donné notre énorme liasse de sous fraichement retirés à notre guide qui va nous emmener à la découverte des contrées reculées de la Mongolie durant les 3 prochaines semaines!)

Et voilà. Un mois est passé. Que d’aventures! Notre voyage se façonne de jour en jour, au gré de nos envies et de nos rencontres.

Nous avons peu donné de nouvelles de notre voyage sur les réseaux sociaux durant ces dernières semaines, nous laissant gentiment entrainer dans un autre rythme, et souhaitant aussi nous libérer peu à peu du réseau de télécommunication. Faut-il de nos jours sans cesse raconter où le voyage nous amène, images à la clé? Ou le voyage n’est-il pas aussi le meilleur moyen de se détacher de ses habitudes, de s’éloigner, de se couper un petit peu du monde, de découvrir une autre façon de vivre la vie?

Nous explorons les choses à notre manière. La vie à 5 en voyage est très intense, très prenante. Nous devons sans cesse trouver le bon équilibre pour que chacun se sente le mieux possible. Il n’est pas possible de simplement en faire à sa tête et partir quelques jours avec ses propres envies égoïstes. Nous avons choisi de voyager à 5, et nous assumons chaque jour ce choix, avec toutes les contraintes et les joies que cela implique. Une sacrée aventure!

Une sacrée aventure, qui nous à portés en familles sur les routes cyclables d’Europe du Nord, et qui nous amène maintenant à la découverte de l’Asie et de nouvelles cultures! Le voyage continue! 😃


En famille à vélo à travers Amsterdam

Fin avril, nous avons passé quelques jours à Amsterdam, capitale des Pays-Bas et l’une des capitales de la vie à vélo! Il semblerait que tout le monde à Amsterdam possède un vélo.

Le vélo est le meilleur moyen de se déplacer dans toute ville. Plus facile, plus rapide, vite parqué, il vous transporte partout aisément. Je suis tous les jours fasciné par la simplicité de cette invention. Difficile de penser à un moyen plus simple pour démultiplier la force humaine: des pédales, une chaine et des roues, on ajoute une selle et un guidon, et le tour est joué!

Les Amsterdamoises et Amsterdamois l’ont bien compris, et la Hollande toute plate n’offre aucune excuse à ne pas utiliser son vélo. La pluie et le froid ne sont que des éléments à prendre en compte avec des habits adaptés, et ça ne dire jamais bien longtemps, les déplacements en ville étant la plupart du temps de courte durée.

Du coup, la ville d’Amsterdam est principalement dédiée au vélo. Pas beaucoup de place ici pour les voitures: d’abord il y a les canaux, ensuite les routes pour les vélos, ensuite un peu de place pour les piétons, et parfois une ligne pour quelques voitures, toujours à sens unique. Et tout le monde en profite pour se déplacer à vélo.

En écrivant ces lignes, je me rends compte que tout Néerlandais rirait bien en les lisant, car tout ceci est bien logique et normal ici. Toute route aux Pays-Bas a été construite en pensant aux vélos, à la campagne comme en ville. Aux Pays-Bas, quand tu roules à vélo, tu es toujours protégé, sur une route séparée des voitures, ce qui est parfait pour tout le monde: les voitures peuvent faire leur bout de chemin sans avoir des vélos dans les pattes, et les cyclistes peuvent se déplacer avec beaucoup plus de sécurité que lorsqu’ils sont mélangés aux voitures.

Bref. Toute cette introduction pour dire que pour nous, famille de voyageurs à vélo, c’est le pied de traverser les Pays-bas et on se réjouissait de goûter aux joies du vélo à Amsterdam!

Donc ci-dessous vous trouverez une mini-vidéo d’une partie de notre traversée d’Amsterdam en famille à vélo, avec les sacoches et le remorque bien sûr, pour ajouter un peu de piment à cette aventure.

Il faut s’accrocher, car nous ne sommes pas seuls à vélo. Comme dit plus tôt, ici tout le monde roule à vélo, ça y va, ça avance, ça dépasse, ça se croise. les routes à vélo sont larges d’environ 3m, et il faut respecter les règles, pour que la fluidité soit au rendez-vous et que tout le monde puisse avancer. Les sonnettes sonnent pour avertir qu’on veut te dépasser et pour avertir les piétons dans la lune qu’ils sont sur une route à vélo. Les feux dédiés aux vélo passent vite au vert, mais il y a vite une petite file d’attente qui se crée quand c’est rouge, et il faut être attentif à ne pas s’arrêter au rouge en bloquant une autre route cyclable. Et il y a des trams à Amsterdam, donc attention aux rails, qui sont toujours traitres si on n’est pas attentifs…

Les piétons doivent aussi bien être attentifs. Il y a énormément de touristes à Amsterdam, donc de gens souvent peu habitués à autant de vélos autour d’eux, le vélo devant encore retrouver sa juste place dans de nombreuses autres villes. Les piétons doivent donc rapidement apprendre à ne pas marcher sur les routes réservées aux vélos, où ils pourraient dans un premier temps se sentir à l’abri, car aucune voiture et aucun bruit à l’horizon!

A noter aussi qu’en 27 jours aux Pays-Bas, dont 4 jours à Amsterdam, nous n’avons vu qu’un seul accident de vélo, alors même que chacune de ces journées semblait être un « Slow Up » à la Vallée de Joux par beau temps. et le seul accident dont nous avons été témoin fut celui d’un jeune cycliste tombé tout seul dans un petit village en voulant remonter un peu vite sur un trottoir…

Bon, assez de bavardages sur le sujet, place à la mini-vidéo, que j’espère vous plaira:

Et quelques photos pour agrémenter le tout:

A bientôt pour de nouvelles aventures!

Léonard

Un jour à Bruxelles

Le 12 avril, nous étions à Bruxelles. Les enfants étaient très contents et très fiers d’avoir atteint une deuxième capitale durant notre périple (après Berne).

Notre camp de base était chez Isa, notre super hôte Warmshower, qui nous a accueillis chez elle pour 2 nuits. Elle nous a donné quelques tuyaux sur ce qu’il ne fallait pas manquer et quel métro/tram/bus prendre, et nous avons ainsi pu profiter d’une journée entière dans la capitale belge.

Voici une petite vidéo de notre excursion ! On espère qu’elle vous plaira 😉

Pour la petite histoire, notre endroit préféré de Bruxelles n’est pas sur la vidéo… Ce fut le musée de la BD, le Centre Belge de la Bande Dessinée.

Super expo dans un magnifique bâtiment (créé par Victor Horta, puis rénové pour accueillir le musée). Et ce que nous avons préféré, c’est la salle de lecture, avec plus de 3000 bds en libre accès, où nous nous sommes régalés durant une heure et demi !

https://goo.gl/maps/uJyNnCwvPzquo1At7

www.cbbd.be/fr/accueil

Le jour suivant, en poursuivant notre route, nous nous sommes encore arrêtés à l’Atomium, le symbole bien connu de Bruxelles, construit pour l’Expo universelle de 1958.

Et maintenant, en route vers le Nord pour la prochaine capitale !

3ème jour de voyage : la neige !?!

Et oui, la neige a fait son apparition ce jeudi 4 avril, pour mettre un peu de piment dans ce début de grand voyage.

Ou était-ce pour nous permettre de directement tester notre matériel (et notre motivation !) dès les premiers jours ?

Toujours est-il que pour tout ceux qui ont vu la neige devant leur porte ce jeudi matin et qui se sont demandés comment la famille Farine à vélo allait appréhender cette journée, et bien voici la réponse: oui, nous avons fait du vélo sous la neige !

Chez nos amis à Obertützenberg (entre Fribourg et Berne) pour la nuit, le programme était de relier Berne ce jeudi pour prendre le train à 13h qui nous amènerait directement jusqu’à Cologne.

Voyant les prévisions météo la veille et la neige belle et bien là jeudi au réveil, nous avons donc visé la gare la plus proche pour relier Berne au plus vite en train.

Mais il fallait bien relier la gare à vélo, ce qui nous a permis de vivre 5km magiques ! À vélo sous la neige, en famille, chargés pour notre voyage !

Voici quelques images de ces 45 minutes intenses, et qui nous ont portés au chaud dans le train le plus proche:

À vélo sous la neige : lien vers la vidéo YouTube

Et bien sûr un grand merci à la famille Antille pour l’accueil en Singine du Nord 😉

Léonard et famille

Le Hase Pino pour tous les jours

Avant de partir, on se fait tous grand plaisir de rouler avec ce vélo exceptionnel.

Ici c’est Amael qui va amener les poubelles au Molok de la plus fun des manières !

Plus que 12 jours avant le départ ! On se prépare et on affine les derniers petits détails.

Premiers tests du Hase PINO

Aujourd’hui nous avons testé avec tous les enfants (et avec les cousins aussi!) le vélo particulier qui nous accompagnera durant notre voyage à vélo: le Pino de la marque allemande Hase Bikes.

Pour ceux qui ne le connaitraient pas encore, il s’agit d’un tandem (vélo à deux places) qui a la particularité de permettre à l’un des deux cyclistes d’être assis! Les avantages de ce tandem: position super confortable pour celui qui est devant, permet de discuter facilement entre les deux cyclistes, vélo démontable, et surtout (et c’est ce qui nous intéresse) on peut installer un enfant à l’avant sur le siège! C’est donc le vélo idéal pour voyager avec Céliane, qui fêtera ses 6 ans quelques jours avant notre départ et qui mesure à peine plus que 105cm.

Voici une petite vidéo pour illustrer le plaisir de rouler avec ce magnifique vélo, véritable machine à sourire!

Merci à Hase Bikes Suisse et TANDEM à Lausanne et Vevey pour leur soutien et leur expertise en matière de vélos!

Images: (c) Amael

Premiers tests du Hase Pino (et de la Gopro!)

Pédaler sur les routes de l’Europe du Nord

Vacances à vélo

Depuis plusieurs années nous partons en vacances avec nos vélo. En partant de la maison ou en prenant un bout le train pour aller en peu plus loin, nous prenons le temps d’être ne famille en nous déplaçant eu rythme du vélo. Jusqu’à Europapark puis jusqu’à Legoland l’année suivante.

Ces vacances nous ont fait rêver d’un voyage plus long avec nos petites reines, alors nous voilà « presque » prêts à partir pour cette grande aventure, tant rêvée.